Lettre à son avocat – Dennis Edney

Lettre avocat

Cher Dennis,

Je t’écris parce que parfois il y a des choses qu’on ne peut pas dire, mais plutôt écrire sur papier, et même si je te les disais, tu ne comprendrais pas. Alors de toute façon voici ces choses :

Premièrement : À propos de toute cette histoire de Commission militaire, à laquelle nous ne croyons pas et que nous savons être injuste, et sache Dennis qu’il faut que quelqu’un soit sacrifié pour vraiment montrer au monde son injustice, et il semble vraiment que ce soit moi. Sache Dennis que je ne veux pas cela, je veux ma liberté et ma vie, mais je ne la vois vraiment pas venir de cette façon. Dennis, tu dis toujours que j’ai une obligation de montrer au monde ce qui se passe ici et il semble que nous ayons tout fait mais le monde ne comprend pas, alors ça pourrait marcher si le monde voit les États-Unis condamner un enfant à la prison à vie, ça pourrait montrer au monde à quel point ce processus est injuste et bidon, et si le monde ne voit pas tout ça, dans quel monde vais-je retrouver la liberté ? Un monde de haine, injustice et discrimination ! Je ne veux vraiment pas vivre dans une telle vie. Dennis, la justice et la liberté ont un prix et une valeur très élevée, et l’Histoire en est un bon témoin, il n’y a pas si longtemps et pas bien loin, combien de personnes sacrifiées pour que les droits civiques prennent effet. Dennis je déteste être le fer de lance, mais la vie m’y a placé, comme la vie m’a placé dans le passé dans une position difficile, et ça continue, il me faut simplement y faire face et espérer le meilleur.

Deuxièmement : la pensée de congédier tout le monde comme tu sais est toujours à mon esprit alors si un jour je cessais de venir ou te renvoyais, je te prie de respecter ça et de m’oublier. Je sais que c’est dur pour toi. Pense à moi simplement comme à un enfant qui est mort et continue ta vie. Bien sûr je ne dis pas que cela va arriver ou ne pas arriver mais c’est dans mon esprit tout le temps.

Dennis, je suis désolé de te causer cette peine, mais considère ça comme une décision difficile de ton fils, décision que tu n’aimes pas mais à laquelle tu dois faire face, et sache toujours ce que tu représentes pour moi, et sache que je serai toujours la même personne que tu as connue et que je ne changerai jamais, et s’il-te-plaît ne sois pas triste et garde l’espoir et sache qu’il y a un créateur très clément et compatissant qui nous observe et qui s’occupe de nous et prend soin de nous tous, tu pourrais ne pas comprendre ces choses, mais sache que par expérience elles m’ont conservé comme je suis et qui je suis.

Avec amour et mes meilleurs souhaits à toi, et à la famille, et à tous ceux qui m’aiment, et je les aime en retour au Canada, et je te laisse avec ESPOIR et je vis là-dessus, alors prend soin de toi.

Ton fils véritablement,

Omar

26 mai 2010 à 11 h 37 AM
P.S. S’il-te-plaît, garde cette lettre aussi discrète que possible, et comme tu le sens approprié.