Campagne annuelle de financement – Novembre 2016 Aidez-nous à atteindre notre objectif de 80 000$

1297697873998_original

Voilà venu le temps de solliciter votre aide de nouveau pour permettre aux avocats d’Omar Khadr de poursuivre leur travail.

Depuis nos débuts à l’automne 2015, l’Association pour la défense d’Omar Khadr a aidé Me Dennis Edney à faire des gains importants sur le plan juridique au cours des 12 derniers mois :

  • Pensons à l’abandon de l’appel du gouvernement fédéral contre sa libération sous caution en février dernier.
  • Pensons à l’assouplissement des conditions de libération d’Omar consenti par un juge albertain le 5 mai 2016 : levée du couvre-feu, possibilité de déménager s’il le souhaite, permission de voyager partout au Canada.

L’Association pour la défense d’Omar Khadr a aussi travaillé d’arrache-pied à :

  • Faire des représentations auprès de ministres concernés par le dossier d’Omar Khadr ;
  • Obtenir un appui de taille, celui de la députée du NPD de Laurier-Ste-Marie, Mme Hélène Laverdière, qui s’est engagée à faire progresser le dossier d’Omar à Ottawa.
  • Organiser une quinzaine d’entrevues de Me Edney dans les médias québécois, notamment à Tout le monde en parle, à Second Regard et à 24/60 (entrevue qui a d’ailleurs valu un prix Gémeaux à Anne-Marie Dussault en septembre. Pour la revoir : c’est ici.       Mettre le lien sur ici http://www.pouromarkhadr.com/la-longue-bataille-de-lavocat-domar-khadr/ )

Il reste toutefois encore beaucoup de travail à faire. Nous avons appris que Me Edney doit analyser quelque 40 000 pages de documents caviardés en vue de la cause civile contre le gouvernement canadien au début de l’année 2017. Un travail titanesque !

De notre côté, nous travaillons à la création d’un Cercle des sages, un groupe d’influence composé de Canadiens respectés qui se prononceront sur l’importance de reconnaître officiellement les torts qu’a subis Omar Khadr. Un éminent philosophe s’est déjà joint à nous. Surveillez nos prochaines publications et nos médias sociaux ! Nous vous le présenterons sous peu.

Rendre justice à Omar Khadr, c’est affirmer que les dérives judiciaires dont il a été victime constituent une terrible erreur qui ne doit jamais se reproduire. Participez avec nous à défendre ce principe de justice fondamentale et de dignité humaine, qui nous concerne tous, les 33 millions de canadiens que nous sommes !

En acceptant de joindre votre voix à la cause d’Omar Khadr, vous nous permettrez de faire avancer le dossier pour qu’Omar puisse enfin tourner la page sur ce sombre chapitre de sa vie. Vous pourrez alors dire que vous y avez contribué !

Pour consulter notre plus récent dossier de presse: 

Dossier de presse

 


Mot de Geneviève Rochette, porte-parole de la campagne PourOmarKhadr.com

Geneviève Rochette. Crédit photo : Julie Perreault
Geneviève Rochette. Crédit photo : Julie Perreault
La prison de Guantanamo est une immense brèche dans le vaisseau de notre État de droit, que l’occident a érigé en vertu à la face du monde entier. Le bateau coule.
Le Canada, grand complice de cette ignominie, a laissé un de ses enfants croupir plus de dix ans dans ce lieu sinistre, fermant les yeux sur l’innommable.
Toi, Omar Khadr, enfant soldat, abandonné de tous.
Le Canada a refusé d’assumer ses responsabilités envers toi, citoyen canadien. Aujourd’hui, tu es « libre », mais les chaînes qui te lient à ton passé et à la justice, sont encore très lourdes. Malgré tous les jugements des plus hauts tribunaux qui donnent raison à Dennis Edney et Nate Whitling, tes avocats dévoués, les poursuites pleuvent et entravent… le bon sens. Le Gouvernement du Canada se doit d’agir rapidement, afin de réparer un temps soit peu, les torts que tu as subis et ainsi redonner espoir et confiance en notre État de droit.
Je suis citoyenne canadienne, et ainsi, complice de cette horreur malgré moi.
Je me revois en 2010, lors de la projection du film de Patricio Henriquez et Luc Côté, Vous n’aimez pas la vérité. Le film nous fait prendre la mesure du cauchemar que tu vis. Cette année là, ma fille a quinze ans, l’âge que tu avais au moment de ton arrestation, mon cœur de mère est affligé. À la fin de la projection, mon ventre est littéralement noué.
J’entends ton cri, Omar. Abandonné par les agents canadiens du renseignement, seul dans la minuscule salle d’interrogatoire, tu pleures la tête entre les mains. Ta plainte est déchirante. Tu appelles ta mère, tu appelles au secours. Ce cri résonne encore dans ma tête. Depuis ce jour, je me joins à ceux qui tentent de faire entendre ton cri, et unir des voix pour qu’il résonne plus fort, et que tu puisses enfin te libérer de l’horreur.
Omar, tu n’es pas seul.
– Geneviève Rochette

Des auteurs et artistes québécois ont uni leur voix dans ce poème Pour toi, Omar;

Lire le poème

SHARE

Pour Omar Khadr